Amour Essence Ciel

Spiritualité, soins alternatifs
 
AccueilPortailCalendrierS'enregistrerConnexion
Chaque être sur Terre est une facette du Grand Diamant mondial
qui reflète sa portion du ciel.
Ce forum rassemble les personnes de bonne volonté mondiale,
les différents courants de l’esprit humain et de leurs guides spirituels,
en toute simplicité et avec un langage accessible à tous,
dans le but de co-créer l'Humanité Une .

Les sujets sont divers, variés et reliés aux sources des textes.
Chacun doit pouvoir apporter sa pierre à l’édifice et trouver ce qui le motive
et le guide sainement dans la vie.

Le partage avec tous, permet de mieux nous comprendre,
mieux nous accepter, mieux nous respecter, mieux nous aimer.

Nous faisons évoluer notre champ de conscience, et celui de l’humanité
en étant dans le coeur.

Partagez | 
 

 La macrobiotique et Georges OHSAWA

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mamichaël
Admin
Admin
avatar

Féminin Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 66
Localisation : 01 Ain pays de Gex

MessageSujet: La macrobiotique et Georges OHSAWA   Mer 15 Sep - 8:24

Georges Ohsawa fut un enseignant japonais (Kyoto, 18 octobre 1893 - Tokyo, 24 avril 1966), qui fonda la
“macrobiotique”. Son véritable nom était Yukikazu Sakurazawa
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Un des grands buts de Georges Ohsawa était d’unifier la pensée matérialiste occidentale avec celle plus métaphysique de l’Orient, en considérant que cela pourrait résoudre les conflits de l’humanité. Toute sa vie fut donc une course contre la montre pour essayer de démontrer, avec tous les moyens à sa disposition, la portée et l’utilité pratique de son enseignement. Poussé par cette urgence, son enseignement fut toujours exprimé sans concessions.
Il insista surtout sur la nécessité impérative d’étudier la dialectique Yin-Yang et, en même temps, de pratiquer pour vérifier par soi-même, ce qui impliquait une forte notion de « travail sur soi ». Pour lui, l’objectif premier était le dévoilement du jugement, car en ayant une vision plus « juste » on aurait la capacité de comprendre plus globalement n’importe quelle situation et questionnement. Et d’agir, ou pas, librement et en toute connaissance de cause.


Georges Ohsawa grandit au sein d’une famille très pauvre ; à l’adolescence, on lui diagnostique la tuberculose (dont sont décédés divers membres de sa famille) et il se guérit avec la thérapeutique naturelle du Dr Sagen Ijizuka (1850-1909) qui préconisait la guérison des maladies sans médicaments, en équilibrant le rapport entre le sodium et le potassium dans l’alimentation. Cette méthode, qui rencontre un grand succès, était une adaptation scientifique de l’ancienne tradition médicale extrême-orientale, basée sur le principe d’équilibre entre le Yin et le Yang.
Ohsawa approfondit cette thérapeutique et, la développe jusqu’à créer la macrobiotique : un enseignement, autant philosophique que pratique, pour aider à développer le jugement. Le restant de sa vie il se consacre à le propager, convaincu de que si l’on applique les principes de cet enseignement, on peut résoudre les problèmes et conflits de l’humanité.
Tout en animant des cours, des conférences et des camps d’étude, Ohsawa écrit des centaines de livres, aide de nombreux malades avec sa méthode alimentaire, collabore avec divers scientifiques, fait connaître en Occident différentes disciplines extrême-orientales et rencontre diverses grandes personnalités du vingtième siècle.
Dès 1953, il enseigne de façon systématique à travers le monde : il séjourne surtout en France et en Belgique, mais également dans d’autres endroits d’Europe et aux États-Unis. Dans ces différents pays sont créés des groupes d’étude et des centres permanents, des périodiques, des restaurants et des usines de produits macrobiotiques.
Georges Ohsawa laissa beaucoup de disciples derrière lui : certains sont devenus des enseignants, comme Herman Aihara en Californie, Tomio Kikuchi au Brésil, Michio Kushi à Boston, René Lévy à Saint-Gaudens (France), Françoise Rivière à Paris ou Jacques Skalka en Belgique. D’autres ont fait un travail important pour la diffusion de son œuvre, comme Clim Yoshimi (ancien secrétaire d’Ohsawa et traducteur de ses écrits japonais en français), William Dufty (a fait connaître son œuvre aux États-Unis) ou Jean Baudry (a réalisé diverses études à partir de son enseignement)...
Sa compagne Lima, née le 18 avril 1898, a dirigé le “Centre International Ignoramus” (centre macrobiotique du Japon) presque jusqu’à sa mort, survenue à Tokyo le 9 novembre 1999.

Georges Ohsawa enseigne le “Principe Unique”, ou principe ultime du fonctionnement de l’univers. Ce principe, qui est à la base de la cosmologie extrême-orientale, part de la constatation de l’existence de deux forces primordiales, opposées mais complémentaires (dites Yin-Yang en chinois, In-Yo au Japon) qui, à travers leurs interactions, créent tous les phénomènes du "monde fini" ou manifesté. C’est un principe moniste, qu’Ohsawa nomme le « monisme polarisable » : les deux forces sont la manifestation du Un et cherchent continuellement l’équilibre pour récréer une unité.

Pour Ohsawa il s’agit d’une réalité vérifiable qui, par sa simplicité, peut être aisément appliquée par tous pour comprendre tout problème concret de la vie, dans n’importe quel domaine. Mais il considère que cette vieille connaissance a été altérée et déformée, devenant exclusivement métaphysique et perdant son aspect pratique.

Son but est d’en présenter une nouvelle interprétation, simplifiée, actualisée et adaptée à la mentalité moderne, matérialiste et scientifique - Ohsawa insiste sur le fait « qu’il n’a rien inventé ». Pour cela, la conception de Yin et Yang qu’il propose est physique, ce qui explique les apparentes contradictions avec d’autres disciplines traditionnelles.
En acupuncture, certains organes sont considérés Yin car abordés du point de vue métaphysique (dans ce cas, énergétique) ; par contre, selon l’enseignement d’Ohsawa, ces mêmes organes seront Yang, car décrits du point de vue physique, de la structure.

La caractéristique fondamentale de l’enseignement d’Ohsawa est son aspect pratique. Il attire notamment l’attention sur l’influence primordiale qu’exerce l’alimentation, non seulement sur la santé, mais aussi sur le comportement et le jugement. Il considère qu’obtenir une “bonne santé” est la base qui permet le développement d’un jugement capable de saisir la globalité ou réalité. Cela dit, sa notion de « bonne santé » diffère sensiblement de celle généralement admise : il ne s’agit pas de “se sentir bien” ou de “ne pas être malade” mais d’atteindre un état qui nous permette de mener une vie libre et indépendante.

Ohsawa s’est exprimé oralement, par écrit, publiant plus de 300 ouvrages rédigés par lui en diverses langues. Il a aussi développé une série de schémas et de tableaux explicatifs, véritable concentré de son enseignement : il y explique, à travers Yin-Yang, les “lois” et “théorèmes” qui constituent “l’ordre de l’univers”, le fonctionnement du jugement humain, le développement des maladies, les conditions de la santé, l’équilibre des repas, etc.

Il a classifié les aliments selon Yin et Yang et a donné des points de repère pour permettre à chacun de trouver une diète adaptée à son cas ; pour cela il a fait d’innombrables expériences sur lui-même pour étudier les effets des différentes nourritures, développant ainsi une sorte de pharmacopée alimentaire très large et précise.

Ohsawa enseigne essentiellement l’indépendance ; on ne trouve aucun interdit dans son enseignement, il conseille simplement l’application des lois universelles dans la vie de tous les jours et dans l’alimentation en particulier, ce qui permet de s’adapter aux circonstances, toujours changeantes. Il appelle constamment à ne pas croire sans discernement, à tout vérifier et comprendre par soi-même : « N’ayez confiance qu’en vous-même, qu’en votre jugement suprême, suivez votre propre chemin. Ne vous fiez à aucun Maître. Écoutez, pratiquez, constatez et comprenez par vous-même. Soyez un homme libre ! »

Ohsawa s’exprimait à la façon "zen"
Il s'expliquait de manière très peu "scolaire" : il posait énormément de questions, que les étudiants devaient résoudre seuls ; il avait souvent un comportement sévère – tout en faisant preuve de beaucoup d’humour – et, en général, il laissait « mûrir » chacun à son rythme, même si cela était source d’erreurs de compréhension.
Avec cette façon de faire, il cherchait à secouer les gens, en les mettant face à eux-mêmes pour les « réveiller » et les aider à développer leur jugement.
En conséquence, l’enseignement d’Ohsawa est parfois difficile d’accès pour le néophyte, car il réclame un minimum de vision d’ensemble.

Après la disparition d’Ohsawa, la macrobiotique a été diffusée principalement en tant que méthode alimentaire capable d’apporter une bonne santé.
Vers la moitié des années 1970, elle s’est répandue principalement avec Michio Kushi (1926), un disciple de Georges Ohsawa installé à Boston, États-Unis. Kushi a développé un enseignement plus consensuel, collaborant avec de nombreux organismes officiels (Ministère de la Santé américain, associations de médecins, etc.) et a insisté sur son aspect diététique et curatif. Il a divulgué également un « régime standard » macrobiotique, facile à adopter sans trop de connaissances, et y a associé d’autres disciplines (do-in, shiatsu) et théories (comme celle chinoise des cinq éléments) pour faciliter l’accès à un public plus large.

En France, dans les années quatre-vingt, à cause de « l’affaire Roger Ikor » (un écrivain français dont le fils, qui avait pratiqué la macrobiotique, se suicida), cet enseignement fut assimilé à un mouvement sectaire. Aujourd’hui, toutefois, il jouit d’une meilleure image, ses thèses sur la santé et l’alimentation étant de plus en plus relayées par les médias (notamment à travers les revues féminines, qui vantent ses vertus amincissantes).

La macrobiotique, surtout en tant que diète pour la santé, jouit d'une bonne acceptation dans les pays d'influence anglo-saxonne et nordiques (Pays-Bas, Flandre, Allemagne...)10 et, depuis déjà un certain nombre d’années, elle est devenue un phénomène de mode aux États-Unis, grâce aux nombreux pratiquants qu’elle compte parmi les vedettes du show-biz.
Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, elle a commencé à se répandre fortement dans les pays de l’ancien Bloc de l'Est.



Livres editions VRIN
Le Principe Unique de la Philosophie et de la Science d'Extrême-Orient (19314)
Le Livre des Fleurs (1931)
L'Acupuncture et la Médecine d'Extrême-Orient (1934)
Le Livre du judo (1942)
4000 ans d'Histoire de la Chine (1943)
Deux Grands Indiens au Japon (1954)
La Philosophie de la Médecine d’Extrême-Orient (1956)
Jack et Mme Mitie en Occident (1957)
Le Zen Macrobiotique (1961)
L'Ère atomique et la Philosophie d'Extrême-Orient (1962)
Le Cancer et la Philosophie d’Extrême-Orient (1964)
La Vie Macrobiotique (1937), avec une Méthode d’Éducation ("L'Education de la Volonté") (1966)
Autres éditeurs
Clara Schumann (1948) (Kusa, Gand)
Gandhi, un enfant éternel (1953) (Trédaniel, Paris)
Aide-mémoire macrobiotique (1961) (Centre macrobiotique de Belgique)
Lettres Ignoramus (1957 - 1958) (CIMO, Paris)
Conférences (1957 - 1965)(CIMO, Paris)

Sources de wikipedia
Clim Yoshimi : Biographie chronologique, publiée dans le livre Le Principe de la Paix Eternelle, de Jacques Mittler.
Clim Yoshimi : Une Vie de Rêve et de Poésie, biographie approfondie sur les années 1893-1956, publiée dans la revue Ignoramus du C.I.M.O., Paris (no 36 à 40).
Biographie chronologique des Publications GEA, Uruguay.
Biographie chronologique parue dans Non Credo, Kushi Macrobiotics Newsletter, du mois de mars 2003.
Georges Ohsawa : L'Ascaride Grand Comme un Dinosaure, récit autobiographique, publié dans le no 25 de la revue Ignoramus, CIMO, Paris.



Dernière édition par mamichaël le Mer 15 Sep - 10:31, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://amouressenceciel.forumactif.com
mamichaël
Admin
Admin
avatar

Féminin Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 66
Localisation : 01 Ain pays de Gex

MessageSujet: Re: La macrobiotique et Georges OHSAWA   Mer 15 Sep - 9:42

Dans la Grèce antique, le mot « macrobiotique » désignait une méthode naturelle de santé et de longévité.
En 1796, un médecin allemand nome son traité sur la santé où il préconise une vie saine et une bonne alimentation, MAKROBIOTIK. Georges Ohsawa adopte cette dénomination en 1938

En Orient, traditionnellement, on a toujours établi une relation entre l’alimentation, la spiritualité et la santé (autant personnelle que sociale). Dans les monastères Zen japonais, par exemple, se pratiquait un régime nommé « cuisine shōjin « la cuisine qui améliore le jugement ».
Au Japon, le docteur Sagen Ijizuka (1850 – 1909) fût le pionnier de la transcription de ces connaissances traditionnelles en langage scientifique. Avant lui, d’autres auteurs avaient entamé cette voie, notamment l’érudit Ekiken Kaïbara (1630 – 1716), dont les écrits ont été réunis dans un livre intitulé Yojokun (Conseils pour la Longévité).


La macrobiotique (du grec « μακρός », grand et « βίος »vie
est un système philosophique et pratique qui cherche à traduire, en langage moderne, l'ancien « principe unique » oriental, Yin et du Yang par les Chinois. Selon Ohsawa, ce principe se trouve à l'origine de la science et de toutes les philosophies et religions d'Extrême-Orient, son application permet de résoudre les problèmes concrets de l'existence.

Le trait d'union entre la philosophie et la pratique se fait par ce que nous ingérons et digérons : l'alimentation. si l'on se nourrit à partir de ce principe (qui explique les lois de la nature) l'organisme s'harmonise, permettant un jugement clair, capable de mieux percevoir les lois de la nature.


Selon le Principe Unique ou « principe du monisme polarisable », le monde matérialisé est une manifestation de l’Un ou Infini indifférencié. Celui-ci, se sépare en deux : une force dilatatrice (Yin) et une force constrictive (Yang) ; par le biais de ce contraste, opposés complémentaire, l’Infini se manifeste mais devient relatif, divisé. Ces deux forces cherchent à se réunifier en permanence pour recréer l'unité perdue (étant opposées, elles s’attirent, chacune possédant ce qui manque à l’autre) par leurs interactions, elles créent tous les phénomènes du monde manifesté ou relatif.

Par ce phénomène éternel, le monde relatif et l’Infini non manifesté est la même chose, chacun se trouvant dans une étape différente mais simultanée d’évolution. Cette vision comporte donc les notions d’unité de toutes choses, de continuité ininterrompue et de changement perpétuel.
On retrouve ces notions et parfois cette dénomination « Principe Unique » ou « Le Principe » dans la plupart des courants philosophiques orientaux ( taoïsme, bouddhisme mahayana, zen, vedanta, soufisme…).


Le mécanisme de création d’après Ohsawa selon cette cosmologie, toute manifestation ou création suit un mécanisme en spirale, qui s’explique comme suit :
L’Un est « expansion infinie ».En se divisant, la force constrictive s’oppose à la force expansive, mais nourrie en permanence par cette « expansion », elle continue à avancer. Entravée par la force opposée, son mouvement dévie et plie; Avec ce phénomène constant, elle se replie de plus en plus sur elle-même et naît ainsi une spirale centripète ou de création.
Quand l’énergie centripète de concentration qui s’enroule arrive au centre de la spirale, elle explose et retourne vers l’Infini sous forme de spirales centrifuges où le rapport de forces de dilatation dominent. phénomène de la radiation.
A mesure qu’elle se dilate, la force d’expansion s’affaiblit et celle de constriction redevient dominante ; Une nouvelle spirale centripète se crée. C’est le mécanisme éternel de l’univers : toute chose se crée et se détruit en même temps.

Ohsawa explique que la spirale de création évolue en traversant diverses étapes. La force centripète, se concentre de plus en plus, jusqu’à dépasser la résistance rencontrée à un certain moment : un bond énorme la fait avancer de façon logarithmique et la qualité de la manifestation énergétique change et se densifie . L’énergie continue à se resserrer à son tour et fini par se manifester d’une manière proche de la matière : C’est le monde des particules pré-atomiques. Ce monde-là se concentre davantage et, apparaissent les éléments. Le monde minéral évolue et, la quantité changeant la qualité, il se transforme en végétal. Les organismes végétaux évoluent en monde animal.

L’homme se trouve au centre de la spirale : à travers lui, pour la première fois dans ce processus, la vie matérialisée à partir de l’Infini, peut penser, c’est-à-dire qu’elle peut comprendre le processus en lui-même. L’homme serait donc un « porteur de vie » avec la spécificité de pouvoir acquérir la conscience ; grâce à lui, la vie pourra retourner vers son origine enrichie de cette conscience obtenue à travers un vécu unique3.
Source : L’Ere Atomique et Le Principe Unique de la Philosophie et de la Science d’Extrême-Orient, de Georges Ohsawa.

YIN et YANG
Yang force centripète, force de contraction, de constriction, de pression, de cohésion. Yang produit le son, la chaleur, la lumière, des radiations rouges, l’activité, ce qui est sec, lourd, dur, les formes ramassées, trapues.
Yin est la force centrifuge, force d’expansion, de dilatation, de dilution. Yin est source du silence, du froid, de l’obscurité, produit les radiations violettes, la passivité, ce qui est léger, mou, les formes élancées, verticales.

Yin et Yang sont les deux faces d’une seule et unique chose ; les deux se trouvent toujours présentes dans chaque phénomène, mais il y en a toujours une qui domine l’autre. On dira alors que quelque chose « est Yin » ou « est Yang » quand on discernera quelle est la force dominante.

Toute chose est équilibrée en elle-même. La classification est relative : pour pouvoir juger si quelque chose est Yin( acide) ou Yang( basique), on doit la comparer à une autre. On dira « qu’une carotte est plus Yang qu’une salade, mais plus Yin qu’une céréale ». Concernant les aliments, on les classifie en tenant compte de la composition de notre sang (d’après le rapport K / Na). Pour éviter des erreurs, Ohsawa conseille de prendre en compte divers critères simultanément, comme la forme, la couleur, la composition chimique, le tropisme, etc.

Le Yang et le Yin dérivent l’un de l’autre : les régions froides produisent des animaux et des végétaux Yang ; réciproquement, les animaux et les végétaux issus de régions Yang, c’est-à-dire chaudes, sont Yin.
De même, l’ovule produit par le sexe féminin Yin, est Yang, tandis que le spermatozoïde produit par le sexe masculin Yang, est Yin.
D’après cette vision, ce sont Yin et Yang qui modèlent les formes, font qu’un corps soit lourd ou léger, qu’il ait une certaine couleur, une certaine composition chimique, etc.

---------------------------YIN -------------------------------- YANG
tendances---------Expansion, dilatation----------------Contraction
position---------------Extérieur-------------------------- Intérieur
Structure---------------Espace------------------------------ Temps
Direction ------------Ascendant-------------------------- Descendant
Couleur---------------Violet -------------------------------- Rouge
Température----------- Froid------------------------------- Chaud
Poids--------------------Léger-------------------------------- Lourd
Elément------------------Eau-----------------------------------Feu
Atome-----------------Electron------------------------------ Proton
chimie------------K,O, Ca,N,S,P,Si... ---------------Na,H,C,Mg,As,Li,Hg,Ur


------yin ----------------------yang
-----noir -------------------- blanc
---sombre------------- -------clair
-----nuit-----------------------jour
-----lune----------------------soleil
-----hiver----------------------été
-----nord----------------------sud
----gauche-------------------droite
----femme------------------homme
-----vide---------------------plein
---introversion-----------extraversion
----passif--------------------actif
-----pair---------------------impair

Selon le domaine biologique :
---------------------------------Yin----------------------Yang
polarité-----------------négative, acide---------positive, basique
Règne-----------------------Végétal-------------------Animal
Végétaux------------------Légumes-----------------Céréales
Nerfs autonomes---------Sympathique--------Parasympathique
Mouvement----------------Féminin------------------Masculin
Goût----------------Piquant, acide, doux------- Salé, amer, alcalin
Vitamines--------C, B2, B12, Pp, B1, B6----------D, K, E, A
attitude-------- aimable, lente, introvertie------active, dynamique
Source : La Philosophie de la Médecine d’Extrême-Orient, de Georges Ohsawa et Le Livre de la Macrobiotique, de Michio Kushi.
Revenir en haut Aller en bas
http://amouressenceciel.forumactif.com
mamichaël
Admin
Admin
avatar

Féminin Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 66
Localisation : 01 Ain pays de Gex

MessageSujet: Re: La macrobiotique et Georges OHSAWA   Mer 15 Sep - 15:39

L’ordre de l’univers

Au moyen de 7 « lois » et des 12 « théorèmes » qui en découlent, Ohsawa résume les principes qui, selon la cosmologie extrême-orientale, constituent « l’ordre de l’Univers ou fonctionnement du monde manifesté.

Georges Ohsawa explique dans son livre L’Ere Atomique (p.54-55) :
« L'Ordre de l'Univers est gouverné par sept principes qui constituent la logique universelle. Ces principes sont tout d'abord dynamiques . Ils peuvent être appliqués à n'importe quel domaine, à n'importe quel niveau de vie et à toutes les choses existant dans l'univers de relativité. Ils peuvent unifier tous les antagonismes.
La logique formelle est rigide, c'est un simple instantané de la vie et de l'univers infini, donc infinitésimalement analytique sans vouloir ni savoir.
La logique universelle est une image vivante de toute vie et de toute chose. La logique formelle détruit la continuité : le principe d'identité, le principe de contradiction et le principe du tiers-exclu nous montrent seulement une image statique, finie, une image emprisonnée dans le monde statique, déterminé, de l'apparence, construite sur nos sens ou nos instruments. En réalité, toute chose en ce monde change sans cesse d'une extrémité à l'autre. Rien n'est stable ou constant dans ce monde relatif. »

Les sept lois de l’ordre de l’Univers

Tout ce qui a un commencement a une fin.
Tout ce qui a une face a un dos.
Il n'y a rien d'identique.
Plus grande est la face, plus grand est le dos.
Tout antagonisme est complémentaire.
Yin et Yang sont les classifications de toute polarisation. Ils sont antagonistes et complémentaires.
Yin et Yang sont les deux bras de l'UN (Infini).

Les douze théorèmes du Principe Unique (complètent les sept lois et définissent le fonctionnement du monde de la relativité)

Yin-Yang sont deux pôles qui entrent en jeu quand l'Expansion infinie se manifeste au point de bifurcation.
Yin-Yang sont produits continuellement par l'Expansion transcendante.
Yin est centrifuge, Yang est centripète. Yin et Yang produisent l'énergie.
Yin attire Yang et Yang attire Yin.
Yin et Yang combinés en proportion variable produisent tous les phénomènes.
Tous les phénomènes sont éphémères, ce sont des constitutions infiniment complexes et constamment changeantes des composants Yin et Yang. Toute chose est sans repos.
Rien n'est totalement Yin, ni totalement Yang, même dans le phénomène le plus simple apparemment. Chaque chose contient la polarité à tous les étages de sa composition.
Rien n'est neutre. Yin ou Yang est en excès en chaque cas.
La force d'attraction est proportionnelle à la différence des composants Yin et Yang.
Yin repousse Yin et Yang repousse Yang. La répulsion est inversement proportionnelle à la différence des forces Yin et Yang.
Avec le temps et l'espace, Yin produit Yang, et Yang produit Yin.
Tout corps physique est Yang en son centre et Yin en surface.

Source : La Philosophie de la Médecine d’Extrême-Orient et L’Ere Atomique et la Philosophie d’Extrême-Orient de Georges Ohsawa.
Source : La Philosophie de la Médecine d’Extrême-Orient, de Georges Ohsawa et Le Livre de la Macrobiotique, de Michio Kushi.

LE JUGEMENT selon cet enseignement, la finalité de l’homme est de développer sa conscience ou jugement : (Le jugement en philosophie, désigne une opération de connaissance, et non l'acte judiciaire de juger.
D’après Ohsawa tout le monde a, en principe, la capacité de percevoir les choses d’une manière globale ou « suprême », d’aller au-delà de la vision dualiste tout en unifiant les contraires dans un seul phénomène, composé d’une « face » et d’un « dos ». Or, cette capacité « suprême » se trouve en général « endormie » ou « voilée » car on l’a empêchée de se développer librement (à cause de l’éducation, d’une alimentation inadaptée, etc.).
Si on part du postulat que Yin et Yang forment une seule chose, comme les deux faces de la même pièce, cela signifie qu’en réalité il n’y a que « Un ». Mais l’homme, être matérialisé - donc faisant partie d’un monde relatif, ne peut percevoir qu’une des deux faces à la fois, sauf s’il retrouve la capacité de saisir avec son jugement global, celui qui n’est pas divisé, qui appartient à l’Infini lui-même. Autrement dit, le jugement de l’Amour absolu, celui qui unifie tout (en japonais et en chinois on pourrait traduire tous les « do » ou « tao » par « voie qui mène vers l’unité »).
Ohsawa explique que tant qu’on n’a pas atteint l’étape « suprême » on vit avec les « bas jugements », ou étapes partielles du jugement, c’est-à-dire que l’on a une vision dualiste et irréelle de toute situation (voir la notion de « mâyâ » d’après la philosophie indienne). Cela dit, comme le jugement se développe en spirale à travers ces diverses étapes, chacune fait quand-même partie du jugement suprême. Autrement dit, chaque « bas jugement » est le jugement « suprême » à un certain stade de son évolution.
Jacques Skalka4, un disciple de Georges Ohsawa, l’explique ainsi : fonctionner avec les bas jugements c’est fonctionner selon son caractère, en se prenant soi-même ou ses affinités comme point de référence ; fonctionner avec le jugement suprême, c’est atteindre un stade où les lois de l’ordre de l’Univers sont la référence. Et il ajoute que la macrobiotique peut permettre de fonctionner provisoirement comme si l’on avait déjà le jugement suprême dévoilé, car elle offre une approche intellectuelle de cet ordre universel.
Les étapes de l’évolution du jugement, d’après Georges Ohsawa, sont les suivantes :
Mécanique ou aveugle : On réagit de manière automatique : contraction par le froid, dilatation par la chaleur...
Sensorielle : On réagit et juge les choses d’après ce qu’on trouve agréable ou désagréable.
Sentimentale : On juge si une chose est bonne ou mauvaise à travers les sentiments.
Intellectuelle : Prise de conscience de l’interrelation qui existe entre le monde extérieur et soi.
Sociale : On tient compte des autres pour considérer si quelque chose est convenable ou non.
Idéologique : Prise de conscience d’une notion de « morale ».
Suprême ou Globale : On connaît et vit la « Justice » (les « lois universelles »), devenant ainsi un homme libre, capable de « créer » sa propre vie.
Source : Le Principe Unique de la Philosophie et de la Science d’Extrême-Orient, de Georges Ohsawa.


SANTÉ ET MALADIE selon OSHAWA,
il n’existe qu’une seule maladie universelle, l’arrogance, qui est l’expression extrême de l’égocentrisme ; toutes les autres maladies n’en seraient que les manifestations.
L’égocentrisme implique un manque de vision d’ensemble : on se considère séparé du reste. Cette vision dualiste implique, inévitablement, que chaque décision prise dans la vie, à tous les niveaux, sera dirigée par le caractère, lequel ne tient pas compte que s’il y a « la face », il y a « le dos ». Cela se traduira par un déséquilibre à tous les niveaux, dont les conséquences affecteront d’abord l’organisme puis se répercuteront sur le comportement et le jugement. Quand « le dos » finira par se manifester, ce sera la « maladie ».
Ce que d’habitude on appelle « maladie », n’est, selon la vision macrobiotique, qu’une réaction naturelle du corps pour se rééquilibrer.
Laisser le corps éliminer ses toxines , excès nocifs ; les symptômes sont des signaux d'alarme et il faut intervenir le moins possible en attendant la fin de « l’élimination ». À ce stade, l’on peut appliquer un régime curatif, assez strict, selon un certain équilibre Yin-Yang, afin de ne pas nourrir la maladie tout en facilitant le « nettoyage » naturel de l’organisme.

La Macrobiotique curative fait aussi appel à divers remèdes externes et à l’usage d’aliments spécifiques, basés sur la médecine traditionnelle extrême-orientale et sur les propres découvertes de Georges Ohsawa, lequel expérimenta sur lui-même les effets de nombreux aliments.

Concernant la santé, la définition macrobiotique diffère sensiblement de celle habituellement admise. D’après la logique macrobiotique, si la « maladie » est l’arrogance, la « santé » est le contraire, c’est-à-dire l’humilité (pas simplement au niveau du comportement, mais en tant qu'état profond). Ohsawa propose sept conditions pour déterminer si l’on jouit de la santé, en spécifiant que la septième est aussi importante que les six premières réunies.

Les sept conditions de la santé
Pas de fatigue (Ne jamais être amené à dire « cela est impossible, c’est trop difficile ».)
Bon sommeil (Pouvoir récupérer complètement avec quatre à six heures de sommeil.)
Bon appétit (Pouvoir apprécier, avec plaisir et reconnaissance, un bout de pain ou un peu de riz complet.)
Bonne mémoire (Pouvoir se rappeler tous ceux qui nous ont aidés pendant notre vie .)
Bonne humeur (Arriver à considérer que tout et tout le monde est agréable.)
Rapidité de jugement et d’action (Pouvoir agir de manière juste et précise quand c’est nécessaire.)
Justice (Expérimenter le sentiment permanent de gratitude.)

Source : Le Zen Macrobiotique de Georges Ohsawa.


Revenir en haut Aller en bas
http://amouressenceciel.forumactif.com
mamichaël
Admin
Admin
avatar

Féminin Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 66
Localisation : 01 Ain pays de Gex

MessageSujet: Re: La macrobiotique et Georges OHSAWA   Mer 22 Sep - 9:52

Macrobiotique Toute souffrance vient d’une ignorance.

Plus nous nous éloignons de ces modèles universels et éternels,
 Plus nous oublions notre véritable origine.
Plus nous adoptons un mode de vie artificiel et exclusiviste,
 Plus nous développerons de maladies.

Les maladies d’élimination: quantitatives ou qualitatives.

Les maladies iatrogènes: c’est-à-dire causées par les médicaments et les soins médicaux.

Manger juste =>
 Peu et bien = santé

Manger faux=>Trop manger ou pas assez manger.
Mal manger ou manger trop riche.
 Manger mal et trop peu ou manger trop et trop riche.
Trop => pléthore, débordement
Mal et trop peu => carence, déficience
Mal => instabilité et déséquilibre
Trop et trop riche => encrassement, étouffement

Les 7 conditions de la santé suivies des premiers signes de la maladie et du malheur.

Ne jamais être fatigué.

Avoir une capacité d’adaptation telle que l’on peut répondre instantanément à toute circonstance imprévue, les aborder avec un esprit positif, comme une aventure proposée par la vie, les résoudre quelle que soit la difficulté.

Attention Être toujours fatigué.
 Physiquement et mentalement se plaindre constamment des aléas de la vie, en rejeter la faute sur les autres. Toujours chercher des responsables. 
Refuser les problèmes et payer un spécialiste pour les résoudre. Ne pas pouvoir s’adapter à de nouvelles situations, se disperser, ne pas aller au bout de ses projets.
 Être pessimiste. Se lever fatigué, avoir la migraine, perdre ses cheveux, saigner des gencives et avoir les yeux rouges, faire la sieste, bâiller constamment. Problèmes digestifs et intestinaux. Ne pas cuisiner pour soi-même.


Avoir bon appétit.
Au propre et au figuré. Pour la nourriture, la connaissance, l’activité, les expériences, le sexe. L’appétit est la santé. Un besoin insatiable de santé, de liberté, de bonheur et d’amour pour soi et pour les autres sont les signes d’une santé irréprochable. Adaptation et souplesse en sont les signes les plus révélateurs. Cependant pour conserver cet appétit tout au long de notre vie, nous devrions rester en deçà de la satisfaction totale.
Les excès répétés diminuent progressivement notre vitalité et notre soif de la vie.
 Pour ne pas déborder et étouffer, nous devons continuellement distribuer ce que nous avons reçu afin de conserver un léger vide à l’intérieur de nous- même.
Attention aux symptômes de dégradation de notre vitalité :
Manquer d’appétit pour la nourriture, pour le sexe, pour la beauté, pour la connaissance; Ne pas être curieux de tout, être insatisfait et douter de tout; Gaspiller et jeter de la nourriture, n’avoir aucune reconnaissance pour la nourriture ni pour celui qui la prépare; Avoir le rhume, la sinusite, des migraines, des pertes blanches, devenir chauve, avoir de mauvaises odeurs corporelles. Prendre du poids, avoir des boutons ou des verrues, avoir les premières raideurs articulaires.


Avoir un bon sommeil.

Court et profond, sans mémoire des rêves sinon c’est un sommeil superficiel ( selon oshawa). 
S’endormir instantanément, n’importe où en 3 ou 4 minutes et se réveiller de même sans moyen artificiel chimique ou mécanique ( somnifère, tisane, réveil matin ) .

Se réveiller frais dispos et de bonne humeur. Sauter sur ses occupations.

Attention Avoir un mauvais sommeil.
 Se coucher tard, se lever tard, dormir plus de 8 heures. Se réveiller souvent, manger la nuit, avoir des cauchemars, de l’insomnie.
 Provoquer artificiellement le sommeil. Provoquer artificiellement le réveil.
 Transpirer, entendre son cœur battre, avoir des crampes aux jambes ou aux pieds. Se lever le matin fatigué et de mauvaise humeur, traîner dans l’oisiveté.
 Eczéma, furoncle, yeux larmoyants et rouges, décharge de mucus, pertes blanches, pellicules, rhume, toux grasse, callosités plantaires.


Avoir une bonne mémoire.

Elle est infaillible et se développe avec l’âge. 
La mémoire permet d’évaluer notre jugement et nos pensées.
 Nous différencions plusieurs mémoires.

Mémoire mécanique : nombres, noms, textes, poèmes, numéros de téléphone.

Mémoire visuelle : visages, paysages, événements, objets.

Mémoire mécanique préhistorique : instinct-intuition, manger, dormir, reproduire.

Mémoire de notre destinée spirituelle par laquelle nous pouvons comprendre la signification de notre vie, la Vie, et notre place dans l’univers.

Attention Perdre la mémoire. 
Oublier ses expériences passées et recommencer les mêmes erreurs. Oublier ses amis, oublier de remercier, oublier ses ancêtres, ses parents, ses descendants.
 Avoir oublié la raison de notre venue dans ce monde. S’oublier soi-même. Oublier de donner. Perdre ses affaires avant de perdre tout.
 Égocentrisme, orgueil, paranoïa, avarice, frustration.
 Constipation ou diarrhée, souffle court, extinction de voix, nuque et épaules rigides, ventre mou et dilaté, hypotension, hypertension.


Être de bonne humeur.

Toujours joyeux et de bonne humeur, faire face et résoudre tous les problèmes les uns après les autres en mettant en pratique une des règles du taoïsme:
« Vaincre sans combattre ».
 Une vie heureuse et beaucoup d’amis, quelles que soient les circonstances sont le résultat naturel de la santé.
Attention.
La colère révèle nos limites, notre incapacité à comprendre et à appréhender correctement les circonstances de notre vie.
 Se croire supérieur quand on est inférieur, terroriser les craintifs, avoir un esprit agressif, tuer par peur d’être tué. Ne pas s’aimer et ne pas être aimé. Perdre le contrôle de soi. Nez rouge ou violet. Couperose. Varices. Poches sous les yeux. Ongles incarnés. Mauvaise vue, douleurs chroniques, plus ceux décrits dans les 4 niveaux précédents.


Être actif, rapide, ordonné.

Mener une vie active et fertile. Accepter les défis de l’existence, sans les provoquer. Vivacité et spontanéité sont l’expression de la liberté.
 Précis dans les mouvements, rapide et ordonné dans le comportement.

Attention Être triste et inactif.
 Ne jamais être bien où l’on est. Conserver et soigner respectueusement tous les problèmes et déboires passés. Être satisfait de ne pas avoir fait une chose ou avoir du regret de l’avoir faite. N’avoir aucun rêve à réaliser, être blasé de tout. 
Colère et apathie, impatient, renfermé ou trop démonstratif. Mélancolique, émotif. Délire, dépression. Désordre et gaspillage.


Le sens de la justice.

Qui n’est que l’autre nom de l’Ordre de l’Univers.
 Faire confiance à cette justice absolue. N’avoir jamais de doute. 
Réaliser tous ses rêves en s’amusant.
 Manger et boire ce que l’on veut d’après la dialectique universelle. Ne jamais mentir pour se protéger. Aimer tout le monde, celui qui a une telle santé est sain et saint.
L’Arrogance. 
Dernier stade de la maladie dont les symptômes sont l’exclusivisme, l’égocentrisme, a peur, l’esprit de contradiction et de revanche.
 L’ego a rempli tout l’espace, l’homme à ce stade est isolé, coupé du monde qui l’entoure, cet auto-isolement est caractérisé par une résistance inflexible au changement. Pourquoi changer, je suis le meilleur. 
Je ne changerai jamais car je n’ai pas besoin de changer. Rigidité corporelle et mentale, solitude.
La finale : suicide et folie, c’est la même chose.





Les 7 étapes de la progression des maladies.



Après les 7 conditions de la santé, voyons leur relation avec le développement des maladies. Ces maladies peuvent être classées selon la localisation à l’origine de la perturbation.



1ère étape : la fatigue.

Conséquence d’un mode de vie chaotique, ne respectant plus les biorythmes naturels et d’une alimentation désordonnée n’observant plus les lois biologiques de la Nature. La circulation du flux vibratoire ou KI, est perturbée, au niveau des intestins et du sang.
 Principaux rythmes vitaux:
Repos-activité, jour-nuit, ingestion-digestion, physique-psychique, spirituel-sexuel, manuel-intellectuel, chaud-froid, homme-femme, plein-vide, prendre-rendre.
Maladies : rhume, angine, grippe, diarrhée, constipation, règles irrégulières et douloureuses, famille malheureuse.
Actuellement 99% des gens sont à ce niveau. Pour y remédier il suffit de manger mieux et moins, de bien mastiquer, de mettre un peu d’ordre dans sa vie, sinon nous passons à la seconde étape.



2ème étape : la douleur.

Notre organisme se défend, et nous alerte : migraines, crampes, fièvres.
Les petits accidents : tomber, se pincer, se couper, se cogner, sont des massages et des messages de notre corps tentant à rétablir les flux énergétiques. Quand la cause première de la pollution sanguine n’a pas été supprimée, les maladies du sang apparaissent.



3ème étape : les maladies du sang.

Ce sont des maladies d’élimination. Certains organes tels que les intestins, les reins, le foie remplissant mal leur fonction, le filtrage des toxines devient insuffisant. Rappelons-nous que le meilleur des aliments, en excès, devient toxique pour le corps. 
« La quantité change la qualité »
 Dans ces conditions, l’élimination de ces toxines n’étant plus assurée, leur concentration dans le sang augmente et commence à provoquer des perturbations caractérisées par des maladies de la peau, des déficiences hormonales, des éliminations et des allergies.
 Vomissement, gastro-entérites, pertes vaginales, incontinence, rhume des foins, varices, verrues, eczéma, goutte, hémorroïdes, vergetures, anémie, hémophilie, diabète. 

Ces 3 premières étapes sont la conséquence d’un déséquilibre passager.
 Si aucune modification n’intervient dans notre mode de vie et dans notre alimentation, un état chronique va s’installer qui nous conduit à l’étape suivante.



4ème étape : Les maladies du système nerveux.

Vagotonie : prédominance du système parasympathique yang.

Sympathicotonie : prédominance du système orthosympathique yin.

Les éliminations physiologiques étant insuffisantes pour préserver les fonctions vitales, le corps en état de tension permanente va utiliser, dans un premier temps, des éliminations émotionnelles pour tenter de ramener l’équilibre. Accès de colère, tics, hyperactivité, dépression, crise de panique, violence physique et sexuelle. Puis vont suivre plus graves : sclérose en plaques, Parkinson, épilepsie.
Parallèlement, l’élimination à cette étape, étant complètement stoppée, l’organisme, dans un dernier effort de survie, va procéder à la concentration des dépôts de nutriments en excès. (protides, glucides, lipides). Apparaissent alors kystes, fibromes, tumeurs bénignes, calculs, polyarthrite, rhumatisme déformant, obésité, etc.



5 ème étape : maladies des organes et des glandes.

C’est le stade où se produisent des déformations. La forme des organes change, certains organes tels des branches mortes doivent être enlevés ou changés. Commencent alors des processus dégénératifs. Les métabolismes normaux sont interrompus, les tissus dégénèrent et se nécrosent.
 Maladie cardio-vasculaire, ulcères gastro-duodénaux, cirrhose du foie, prostate, diverticulose, problèmes rénaux et endocriniens, artériosclérose, cancer du système digestif et excrétoire, gangrène. C’est à ce stade qu’interviennent les greffes d’organes.



6ème étape : les maladies mentales.

Désordre nerveux profond, paralysie du corps et de l’esprit. Paranoïa, schizophrénie, Alzheimer, sénilité.

La plupart des maladies arrivent à leur terminus : paralysie, attaque, embolie, thrombose.



7ème étape : les maladies de décompositions .

Physique : Cancer, leucémie, sida, gangrène.

Mentale ou spirituelle : Suicide par toxicomanie, alcoolisme, boulimie, sucrisme.

Les maladies de déficience immunologique condensent en une unique forme les 7 étapes.




Action spécifique des aliments :

Riz : Détoxiquant, nettoie l’organisme en profondeur.
Riz Kayu : Arthrite et rhumatisme.
Millet : Décalcification et perte des cheveux, obésité, diabète.
Sarrasin : Ressert les tissus, régénère les cellules, abaisse la tension.
Orge : Calme le système nerveux.
Hato-mugi : Cancer yang, tumeurs, verrues.
Avoine : Stimulant musculaire, pour les sportifs.
Maïs : Rafraîchissant, bon pour la morosité.
Kokkoh : Fortifie.
Tamari : Tonique du cœur, sciatiques, névralgies.
Shoyu : Idem tamari.
Miso : Fortifiant yang, neutralise les rayonnements yin.
Gomasio : Désacidifie le sang et rend de bonne humeur.
Tekka : Fortifie le cœur, anémie, tuberculose.
Hizikis : Améliore la circulation veineuse, varices, hémorroïdes.
Kombu : Émollient, améliore la circulation artérielle, assouplit les artères.
Wakame : Spécifique de la circulation sanguine.
Nori : Artériosclérose, ostéoporose.
Azukis : Régénèrent les reins, diabète, crampes menstruelles.
Kouzu : Régularise les intestins, constipation, diarrhée, rhume.
Umeboshi : Système digestif, parasites intestinaux , estomac, foie.
Seitan : Très énergétique, fatigue et déprime.
Mochi : Favorise la lactation chez les mères.
Yannoh : Mémoire et concentration.
Thé Mû : Améliore le jugement, boisson yang.
Thé 3 ans : Fatigue, rhumatismes, ulcère, jaunisse, neurasthénie.
Lotus : Voies respiratoires, bronchite, toux.
Dentie : Gingivites, pyorrhée, ulcère de l’estomac.
Potimarron : Diabète.
Daïkon : Dissout les accumulations de mucus et de graisse.
Radis noir : idem, régularise le cholestérol.
Shitake : Dissout le cholestérol, stimule les fonctions rénales

Exemples de symptômes physiques reflétant une condition :
-----------------------------Yin------------------------------------------Yang
Couleur épiderme-- rouge à violet blanc----------------------------brun
Oeil-------------------Sanpaku inférieur----------------------- Sanpaku supérieur
Calvitie------------------ frontale----------------------------------arrière et totale
Mal de tête--------------- frontal -----------------------------------occipital
Yeux et pupille---------- dilatés------------------------------------contractés
Yeux------------------- rouges larmoyant---------------------------gris sec
Nez--------------------- rouge et gonflé----------------------------blanc et dur
Joues------------------- pomme rouge------------------------------pomme ridée
Lèvre----------------- rouge vif pulpeuse--------------------mince sèche blanchâtre
Gencive----------------- saignante-----------------------------------rétractée
Langue-------------------bleue, violette--------------------------- blanche, jaune
Miction----------------- + de 5 par jour------------------------moins de 3 à 4 par jour
-----------------------------Diarrhée----------------------------------Constipation
-----------------------------Dépressif---------------------------------Agressif
------------------------------Craintif---------------------------------Aventureux
------------------------------Négatif----------------------------------- Positif

Observer et classer les indices apparents est une chose, les interpréter en est une autre.
Voir est une faculté, percevoir est un art.
la prochaine étape consiste à étudier les correspondances entre les signes ou un ensemble de signes, avec une éventuelle pathologie.


Analyser des milliers de visages et de comportements, étudier la relation entre une alimentation particulière et certains traits de caractère, entre des erreurs prolongées et certains signes liés à des dérèglements caractéristiques, cela demande de nombreuses années d’expérience, de la pratique et de l’intuition, mais également beaucoup d’humilité car cela donne un grand pouvoir sur la vie, et il faut apprendre à relativiser
Revenir en haut Aller en bas
http://amouressenceciel.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La macrobiotique et Georges OHSAWA   

Revenir en haut Aller en bas
 
La macrobiotique et Georges OHSAWA
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amour Essence Ciel  :: médecines naturelles :: EAU - Nutrition et recettes-
Sauter vers: