Amour Essence Ciel

Spiritualité, soins alternatifs
 
AccueilPortailCalendrierS'enregistrerConnexion
Chaque être sur Terre est une facette du Grand Diamant mondial
qui reflète sa portion du ciel.
Ce forum rassemble les personnes de bonne volonté mondiale,
les différents courants de l’esprit humain et de leurs guides spirituels,
en toute simplicité et avec un langage accessible à tous,
dans le but de co-créer l'Humanité Une .

Les sujets sont divers, variés et reliés aux sources des textes.
Chacun doit pouvoir apporter sa pierre à l’édifice et trouver ce qui le motive
et le guide sainement dans la vie.

Le partage avec tous, permet de mieux nous comprendre,
mieux nous accepter, mieux nous respecter, mieux nous aimer.

Nous faisons évoluer notre champ de conscience, et celui de l’humanité
en étant dans le coeur.

Partagez | 
 

 La Valérianne, herbe à chat

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
mamichaël
Admin
Admin
avatar

Féminin Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 66
Localisation : 01 Ain pays de Gex

MessageSujet: La Valérianne, herbe à chat   Lun 1 Aoû - 11:27

La Valériane officinale ou Valériane des collines ou Valériane à petites feuilles (Valeriana officinalis L.)
connue aussi sous les appellations vernaculaires d’Herbe à chats, d’Herbe de Saint-Georges, ou d’Herbe à la meurtrie est une plante herbacée vivace de la famille des Valerianaceae. En Occident ses racines sont traditionnellement utilisées pour leurs effets sédatif et anxiolytique. favorise le sommeil, atténue l'anxiété, est une alternative naturelle aux somnifères et aux anxiolytiques chimiques. Les études portant sur l'efficacité des racines de valériane sont toutefois contradictoires. En France, sa vente dans un but médical est réservée aux pharmaciens.



Alors que les linguistes voient dans le nom de cette plante un dérivé du verbe latin (valere =être fort), le Trésor informatisé de la langue française précise que le nom de valériane vient « du latin médiéval valeriana, d'après le latin Valeria province romaine de Pannonie, où cette plante était très répandue. »

La Valériane pousse dans les bois humides, les fossés, bords des eaux courantes, dans presque toute la France.

La valériane possède un rhizome vertical gris-jaune, recouvert de longues racines épaisses.
La tige, qui peut atteindre 1 mètre, est cylindrique, creuse, cannelée, dressée, un peu rameuse au sommet.
Les feuilles, opposées, sont profondément divisées en un nombre variable selon la sous-espèce, impair, de folioles oblongues, pointues, largement ciselées.
Les fleurs, irrégulières, sont petites et de couleur blanc rosé. Elles sont visibles de mai à août, groupées en corymbes à l'extrémité de la tige.
Le fruit est un akène ovale, surmonté d'une aigrette plumeuse.

La valériane a la réputation d'attirer les vers de terre, donc d'améliorer le sol, pulvérisée, elle constitue un excellent tonique pour les végétaux.

Hippocrate, Dioscoride et d'autres auteurs anciens recommandaient la valériane dans diverses indications. Les usages de la plante utilisée au cours des siècles, lui ont attribué de “ vertus ” qu'il est difficile de tout recenser: un survol des matière médicale, thérapeutique et de botanique médicale , publiés au XIXe siècle (en ligne sur Gallica), montre qu'on lui attribuaient des propriétés variées, parfois contradictoires . un "“ guérit-tout ”, une herbe de tous les maux. Ses indications majeures furent l'épilepsie, la chorée de Sydenham, l'hystérie, etc.. les doutes sur son réel intérêt ne sont pas le seul fait des praticiens contemporains adeptes de la médecine fondée sur les faits (Evidence Based Medicine) : en 1889, la question était déjà posée : « Son utilité réelle répond-elle à la fréquence de son emploi ? » Autrefois Valeriana officinalis était également considérée comme un puissant philtre d'amour.

Dans la campagne de Bologne (Italie), on croyait autrefois qu'il y avait une valériane mâle (valérien) et une valériane femelle. On lui attribuait le pouvoir de chasser les elfes.
La valériane fut très consommée au cours des deux guerres mondiales, pour traiter les différents traumatismes nerveux subis par les combattants.
Jadis, la Valeriana officinalis, était considérée comme une plante magique associée à la magie blanche. Autrefois puissant philtre d'amour, l'herbe à chats est désormais surtout employée dans les tisanes soporifiques.

« herbe à chats » car les animaux sont fous de son odeur : elle agit comme un calmant sur l'homme, son influence est inverse sur les chats. elle provoque un état proche de l'euphorie éthylique ou cannabique chez les félins.

Parties utilisées
La « racine de valériane » est inscrite à la pharmacopée européenne avec les spécifications de l'extrait hydro-alcoolique, de l'extrait aqueux sec et de la teinture mère de valériane. Ses organes souterrains,(rhizome, racines et stolons de l'espèce prise dans son sens large). Les feuilles sont utilisées pour faire du purin. Les fleurs entrent dans la composition de la préparation 507 utilisée par les agriculteurs biodynamistes.

culture et récolte
Très commune en Europe tempérée et en Asie du nord, la valériane préfère les sols frais, presque humides, perméables, profonds. Sa multiplication peut s'effectuer par semis des graines au printemps, ou par division des souches à l'automne. Après la récolte, les racines, éventuellement divisées, sont séchées à basse température (< 40 °C) pour éviter les pertes en acide valérénique, puis conservées en emballage fermé, au sec et à l'abri de la lumière.

Les besoins en valériane sont essentiellement couverts par la culture de la plante. 1200 tonnes de racines sèches sont produites en Europe, sur environ 400 hectares. Les deux tiers des 50 à 80 hectares cultivés en France sont situés en Anjou (variété Valia). La teneur en acides sesquiterpéniques de la valériane améliorée par l'Institut technique interprofessionnel des plantes à parfum, médicinales et aromatiques (ITEIPMAI) a été augmentée de 28 % depuis le début des années 1990.

Composition chimique
Les principaux constituants isolés de la racine sont les suivants :

acides sesquiterpéniques. les composants les plus importants de la valériane sont des sesquiterpènes non volatils, acides : acide valérénique, acide acétoxy-valérénique, etc... Pour entrer dans la composition de médicaments à base de plantes, la racine de valériane et ses préparations doivent contenir une quantité minimale de ces acides sesquiterpéniques, teneur fixée par la Pharmacopée européenne (par exemple, 0,10 % pour la racine coupée) ;
valépotriatessont des esters de l'acide isovalérique et d'un trialcool de structure monoterpénique. Ces composés sont très instables et sont généralement absents des préparations à usage pharmaceutique. L'acide isovalérique libéré par l'hydrolyse des valépotriates qui est responsable de l'odeur désagréable des organes souterrains de cette plante ;
huile essentielle. La fraction volatile de la racine renferme des monoterpènes (acétate de bornyle, camphène)) et de nombreux sesquiterpènes (valérénal, valéranone, esters, etc...). Sa composition est très variable (facteurs génétiques et environnementaux) ;
lignanes, flavonoïdes, acide gamma-aminobutyrique, etc.
La composition des extraits de valériane dépend étroitement du mode de préparation, en particulier de la teneur en alcool du mélange hydro-alcoolique utilisé pour l'extraction. Les teintures contiennent des valépotriates (mais ils se dégradent vite), alors que les extraits aqueux ou hydro-alcooliques de titre alcoolique faible renferment de l'acide valérénique (il est donc souvent difficile de confronter les données de la pharmacologie dans le cas de cette espèce…).

Propriétés médicinales
Pharmacologie. La racine de valériane est sédative grâce aux acides sesquiterpéniques : divers travaux montrent l'affinité, in vitro, des extraits de valériane pour les récepteurs au GABA.

Données chez l'animal : montrent une activité sédative, anxiolytique, potentialisatrice des barbituriques. La signification clinique de ces données est discutée et une synergie de différents constituants est aussi postulée. La biodisponibilité des constituants des extraits n'est pas connue.

Données chez l'humain : De nombreux essais cliniques versus placebo ont été réalisés avec des monopréparations de valériane. Les experts du domaine les jugent, très majoritairement, de faible qualité méthodologique. Une méta-analyse de 6 essais a, en 2006, montré que la valériane améliore de façon statistiquement significative la perception de la qualité du sommeil par les patients, mais cette conclusion, affaiblie par les carences méthodologiques, est contredite par une analyse critique publiée en 2007. L'action est observée, n'est pas obtenue avec une prise unique, mais par un traitement d'environ deux semaines. Elle n'apparaît pas différente de celle de benzodiazépines administrées à faible dose (essais comparatifs, mais sans bras placebo). Une étude de 2002 portant sur des enfants déficients intellectuels a montré une amélioration significative de la qualité et de la durée du sommeil des individus traités par valériane comparés à des individus utilisant un placebo. De fait, la valériane n'agit pas (ou très peu ?) sur les paramètres électrophysiologiques du sommeil, mais sa prise aurait une incidence sur le ressenti (subjectif) du patient, difficile à différencier de celui d'un placebo. L'usage de la valériane comme anxiolytique ne s'appuie pas sur des éléments de preuve incontestables.

En 2005, une revue de formation médicale indépendante connue pour sa rigueur concluait à propos de la valériane que, dans le domaine, très subjectif, de la plainte d'insomnie sans cause organique ou psychiatrique, « quelques résultats favorables sont modestes et méritent d'être confirmés » ajoutant, en citant d'autres plantes sans danger (tilleul, mélisse, oranger), que « la prise d'une infusion vespérale [...] en soutien aux actions comportementales, peut favoriser la transition vers l'endormissement. »

Effets indésirables. La toxicité chez l'Animal est négligeable et il n'a pas été rapporté d'effet indésirable notoire chez l'humain (l'imputabilité de quelques cas d'hépatite est douteuse. Le caractère mutagène et cytotoxique des valépotriates est bien établi. L'instabilité des valépotriates conduit à leur absence de la plupart des préparations. Toutefois leurs produits de dégradation conservent une cytotoxicité résiduelle : il existe donc, en théorie, un risque résiduel au niveau digestif. Les valépotriates étant absents des extraits aqueux et hydro-alcooliques de titre faible, certains estiment logique de leur accorder la préférence. (A priori, les valépotriates sont présents dans la poudre de plante). Il n'a pas été signalé d'interaction médicamenteuse avec la valériane et ses préparations.

En France, la seule indication officiellement revendiquée pour un médicament à base de plantes contenant de la valériane est « traditionnellement indiqué dans le traitement symptomatique des états neurotoniques des adultes et des enfants, notamment en cas de troubles mineurs du sommeil. » Le Comité chargé par l'Agence européenne du médicament (EMEA) d'élaborer des monographies communautaires distingue, lui, les extraits obtenus par des mélanges contenant de 40 à 70 % d'alcool — d'usage « bien établi » —, et l'extrait sec aqueux et autres préparations — d'usage « traditionnel ». Les deux types d'extraits sont utilisés, chez l'adulte et l'adolescent de plus de 12 ans, en cas de nervosité ou de troubles du sommeil. L'usage de la valériane n'est pas recommandé en cas de grossesse ou d'allaitement.
La valériane est fréquemment employée en association avec d'autres espèces végétales réputées sédatives : aubépine, passiflore, mélisse, etc..


source : wikipedia

_________________
« Toute vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle rencontre une vive opposition avant d’être acceptée comme une évidence. » Arthur Schopenhauer

Revenir en haut Aller en bas
http://amouressenceciel.forumactif.com
mamichaël
Admin
Admin
avatar

Féminin Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 66
Localisation : 01 Ain pays de Gex

MessageSujet: Re: La Valérianne, herbe à chat   Lun 1 Aoû - 12:10

La Valériane est une Plante vivace à fleurs, aromatique ou médicinale. de 30 à 1m50 de haut de 30 à 60cm de large
nom commun :Valériane officinale, Herbe aux chats, Herbe de saint Georges
nom latin :Valeriana officinalis
Famille :Caprifoliacées, Valerianacées



CULTURE ET RÉCOLTE :
La valériane officinale est une plante rustique qui se cultive facilement dans les pays tempérés et même assez froids (comme au Canada).Très commune en Europe, la Valériane préfère les sols frais et humides, elle ne pousse pas au-dessus de 1 000 mètres d'altitude. Sa multiplication se réalise par semis des graines au printemps, ou par division des touffes à l'automne.Il est préférable de la planter dans un terrain meuble et un peu sablonneux, ce qui facilite le déterrage des racines. La récolte s'effectue à l'automne, à partir de la deuxième année, et il faut les sécher le plus rapidement possible une fois bien lavées, parfois en les fragmentant pour faciliter la dessication.
Les racines sont lavées, coupées, mises à sécher dans des locaux chauds. Le séchage, qui est assez long, développe une odeur forte et particulière. Pour éviter d' «embaumer» votre maison, conservez-les après séchage dans des récipients hermétiques.

La teinture mère alcoolique se fait à partir des racines fraiches finement fragmentées.
Rappelons l'utilisation dans les jardins du "purin de valériane" pour limiter le nombre de pucerons, comme engrais et comme activateur de compost.


USAGES :
La racine de valériane contient une huile essentielle et des valépotriates (dont le valtrate et l'isovaltrate) qui ont une action sédative fort apprécie. On utilise avec succès la valériane dans les troubles du sommeil, l’anxiété et l'angoisse, sans qu'il y ait accoutumance ou somnolence durant la journée. Ajoutée au traitement classique elle améliore la vie quotidienne des épileptiques, en contribuant a la prévention des crises (elle est anticonvulsivante et antiépileptique). Dans les cures de désintoxication tabagique, elle évite l’énervement et les angoisses dues au sevrage et donne un goût désagréable à la cigarette. Elle entre d'ailleurs dans le programme phytothérapique pour arrêter de fumer.

Ses racines rhizomateuses ainsi que ses stolons sont utilisés pour leurs propriétés médicinales couramment, en mélange avec d’autres plantes, dans certaines spécialités pharmaceutiques ainsi que dans des gélules de poudre de racine pour lutter contre la nervosité, l’anxiété et favoriser l’endormissement et le sommeil. Elle est appelée valium végétal au Québec. Par contre, ses racines trop amères ne sont presque plus utilisées en décoction. Il faut masquer son goût avec du miel par exemple pour pouvoir l’avaler.
D’origine latine, son nom signifiait « aller bien, être en bonne santé », en allusion à ses propriétés médicinales.
Dans le langage des fleurs, elle symbolise plutôt la dissimulation.

Valeriana wallichi ( Indian Valerian )La valériane Indienne originaire des régions himalayennes de l'Inde et du Népal est connue et utilisée depuis fort longtemps en Asie. Actuellement on la préconise en Inde pour les mêmes indications que la valériane offinale Européenne.
Valeriana phu, ou grande valériane, est une espèce proche originaire de Turquie que l’on cultive plus rarement. On trouve surtout sa variété 'Aurea' qui se distingue par la couleur jaune de ses feuilles. Elle a les mêmes propriétés que la valériane officinale.

La valériane des jardins (Centranthus ruber, à ne pas confondre avec la valériane officinale, Valeriana officinalis) est une plante vivace formant des touffes ligneuses, et qui peut atteindre près d'un mètre de hauteur. Elle se plaira aussi bien dans les massifs et les rocailles que dans un muret. Elle est appréciée dans les jardins de type sauvage ou rustique, ou encore dans les jardins secs (voir le diaporama : Les plus beaux jardins secs), car elle résiste bien à la sécheresse, demande peu d'entretien et se ressème spontanément (revers de la médaille : elle peut se montrer envahissante). Son feuillage est caduc et elle supporte des températures de l'ordre de -20°C en hiver.
Les plants achetés en godets seront mis en place au printemps ou à l'automne. La valériane se multiplie très facilement par semis au printemps (mars-avril).
Sol Tous, y compris les sols pauvres ou calcaires, à condition qu'ils soient drainés. La valériane se satisfait aussi des interstices entre les pierres d'un muret.
Exposition Soleil.
Floraison Mai à septembre.
Entretien
La valériane des jardins ne demande ni arrosage, ni fertilisation. Vous pouvez vous contenter de tailler court à l'automne (lorsque la plante n'est plus décorative) ou en début de printemps pour étoffer la touffe. Coupez les branches défleuries pour stimuler la floraison et... éviter, si vous le souhaitez, les semis spontanés ! Bien que vivace, cette plante s'affaiblit assez vite : renouvelez les touffes tous les 2 ou 3 ans.

Quand planter ou semer la valériane officinale ?
Semez vos sachets de graines au printemps (en mai).
Plantez les plants en godets en fin d’été, début d’automne (septembre).
Comment la semer ?
Semez vos graines sur un sol bien aplani.
Recouvrez-les de très peu de terre puis arrosez en pluie.
Maintenez le sol humide pendant l’été et l’automne où la germination commence. Les plants commencent à se développer au printemps suivant.
En août de l’année suivante, ils ont une taille suffisante pour que vous les transplantiez à leur place définitive en automne.
Bon à savoir : à partir d’un semis, vous devez attendre 3 ans pour que vos plants fleurissent.
Comment planter la valériane officinale ?
À partir de plants en godets ou de repiquages : En fin d’hiver, préparez votre sol en l’ameublissant et le désherbant soigneusement.
Mettez en place vos plants en mai.
Si nécessaire, supprimez quelques feuilles (conservez-en 3 ou 4) et rafraîchissez les racines.
Trempez les godets dans une bassine d’eau avant de les démouler.
Plantez les petites valérianes à l’aide d’une petite pioche ou d’un gros plantoir dans le terrain préparé, en les espaçant de 0,60 m en tous sens.
Tassez autour de chaque plant et arrosez.


entretien de la valériane officinale
La valériane est très gourmande et aime les sols riches. si besoin, faire des apports d’engrais organiques au printemps et à l’automne.
Enlevez régulièrement au printemps les mauvaises herbes qui lui font concurrence.
En été, arrosez-la régulièrement surtout si elle est exposée en plein soleil

récolter ses racines en automne avec une fourche-bêche, sur des touffes âgées de 3 ans au moins.
Lavez soigneusement puis coupez ces racines en les refendant en deux si elles sont trop grosses.
La conservation de la valériane officinale
Les racines de la valériane se consomment fraîches.
Pour un usage ultérieur : Mettez-les à sécher en couches minces dans un local suffisamment ventilé et chaud (sans les exposer au soleil).
Optez pour un local un peu éloigné à cause de l’odeur forte dégagée pendant ce séchage qui peut prendre 15 jours.
Retournez-les régulièrement.
Une fois sèches, stockez-les dans des récipients hermétiques à l’abri de la lumière et de l’humidité.
Ne les conservez pas plus d’un an.
la racine fraîche contient plus de principes actifs que la racine séchée à quantités égales.



Multiplication de la valériane officinale
La valériane se multiplie spontanément grâce à ses stolons qui donnent de nombreux rejets. Ceux-ci, une fois munis de leur rosette de feuilles, peuvent être détachés et replantés permettant ainsi une multiplication facile.
Toutefois, vous pouvez accélérer cette multiplication par semis ou par division des souches. Préférez toutefois la seconde méthode qui produit plus rapidement.
Par semis : Récoltez en juillet les graines de pieds vigoureux.
Semez-les sans attendre.
Par éclats de souches : En fin d’été, début d’automne, préparez votre sol en l’ameublissant et le désherbant soigneusement.
Avec une fourche-bêche, récupérez de beaux plants vigoureux.
Divisez les souches avec un couteau bien tranchant, ou en dents de scie, en prenant soin de conserver à chaque éclat un œil intact muni de ses racines. Chaque souche pourra donner une quinzaine de petits plants.

Conseils écologiques

La valériane, plante mellifère, fait partie des fleurs utiles au potager :
Elle est considérée comme un activateur de compost, elle tonifie le développement des plantes à fleurs et attire les lombrics.
On l’utilise pour confectionner des purins utiles pour l’entretien du jardin.

https://jardinage.ooreka.fr

_________________
« Toute vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle rencontre une vive opposition avant d’être acceptée comme une évidence. » Arthur Schopenhauer

Revenir en haut Aller en bas
http://amouressenceciel.forumactif.com
mamichaël
Admin
Admin
avatar

Féminin Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 66
Localisation : 01 Ain pays de Gex

MessageSujet: Re: La Valérianne, herbe à chat   Lun 1 Aoû - 12:30

où trouver de la valériane officinalis en plant
jardindupicvert.com

_________________
« Toute vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle rencontre une vive opposition avant d’être acceptée comme une évidence. » Arthur Schopenhauer

Revenir en haut Aller en bas
http://amouressenceciel.forumactif.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La Valérianne, herbe à chat   

Revenir en haut Aller en bas
 
La Valérianne, herbe à chat
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amour Essence Ciel  :: Ecologie :: arbres et plantes-
Sauter vers: