Amour Essence Ciel

Spiritualité, soins alternatifs
 
AccueilPortailCalendrierS'enregistrerConnexion
Chaque être sur Terre est une facette du Grand Diamant mondial
qui reflète sa portion du ciel.
Ce forum rassemble les personnes de bonne volonté mondiale,
les différents courants de l’esprit humain et de leurs guides spirituels,
en toute simplicité et avec un langage accessible à tous,
dans le but de co-créer l'Humanité Une .

Les sujets sont divers, variés et reliés aux sources des textes.
Chacun doit pouvoir apporter sa pierre à l’édifice et trouver ce qui le motive
et le guide sainement dans la vie.

Le partage avec tous, permet de mieux nous comprendre,
mieux nous accepter, mieux nous respecter, mieux nous aimer.

Nous faisons évoluer notre champ de conscience, et celui de l’humanité
en étant dans le coeur.

Partagez | 
 

 Le Bardo Thodol

Aller en bas 
AuteurMessage
mamichaël
Admin
Admin
avatar

Féminin Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 67
Localisation : 01 Ain pays de Gex

MessageSujet: Le Bardo Thodol    Jeu 14 Aoû - 22:30

La façon d'appréhender la mort dans le bouddhisme tibétain


https://www.youtube.com/watch?v=Mda4-5i4zT8
Un vieil homme vient de mourir, selon le bouddhisme, la conscience du défunt peut percevoir les enseignements du Bardo thodol, le livre des morts tibétain, qui lui sont lus durant 49 jours pour l'aider à affronter cette transition entre ce monde et le bardo de l'après vie.

Padmasambhâva, énonce Le "Bardo Thödol". Ce"Livre des Morts tibétain" témoigne des étapes de l’après-vie, son objectif est de conduire le défunt ignorant hors du Plan astral, et l'éveillé en DEWATCHEN.

De la mort à la renaissance , le défunt vit 3 étapes :

- Le Chikhai Bardo: état d'agonie.
Le mourant éprouve la sensation d’être extrêmement pesant, le visage pâlit, la faculté visuelle s’altère, et il devient pénible de fermer ou d’ouvrir les yeux.
puis dans un second temps le mourant perds ses urines, il se sent tomber, il entend des acouphènes (prana quitte les extrémités du corps et va au centre) à ce moment là, il passe du plan physique au plan astral sans qu'il ait conscience de ce changement. si le mourant est un être éveillé c'est le moment du transfert de conscience ( PHOWA). Si cela n'a pu se faire, le lama priera pour que le transfert se fasse rapidement.
puis son corps se déshydrate, se refroidit. mais le mourant se sent chaud et perçoit des points lumineux.

avant que ne cesse la respiration mettre le mourant sur le côté droit ( position du Bouddha à sa mort) comprimer les artères à D. et à G. ainsi la force vitale ne retournera pas dans le nerf médian et s'en ira dans l'ouverture brahmique. quand l'expiration finale a cessé, presser fortement le nerf du sommeil derrière la nuque. le prana individuel se dissout dans le prana universel. le corps éthérique se dissout.
le lama ancre une dernière pensée dans la conscience du mourant, pour favoriser sa prochaine incarnation.
si le défunt a l'expérience de la méditation sans forme "Mahamudra " l'évanouissement laisse place à la claire lumière. Quand celle-ci est reconnue et vraiment réalisée, on peut arrêter le cycle des réincarnations. et quitter le samsara…
« si la Claire lumière n’est pas réalisée pendant cette période d’inconscience ( 3 jours et demi pendant lesquels le défunt peut tenter d’atteindre un certain degré de vacuité). Si cela s’avère impossible, comme c’est souvent le cas, le mourant expérimente la vie astrale avec le reflet de ses propres mirages. C’est à ce moment qu’il doit utiliser les connaissances acquises, même de nature intellectuelle, et avec discernement il peut passer outre et obtenir une nouvelle expansion de conscience.

Les êtres peu avancés qui ont étudié intellectuellement le sujet de la mort mais qui ont très peu progressés en méditation sont alors dans l’état de sommeil ‘‘Milam Bardo’’. Le rôle du lama est donc d’éveiller le défunt afin qu’il puisse de lui-même prendre conscience de sa réalité pendant le déroulement du rêve astral.

Le lama intervient à des moments précis, mais il est difficile de les identifier avec certitude. Si le défunt n’a pas atteint la Claire Lumière, le lama doit faire en sorte que celui-ci sache au moins qu’il est bien mort, car cette prise de conscience n’est pas immédiate et systématique. Il est dans une phase appelée ‘‘gestation’’, après laquelle il est supposé recouvrir pleinement la mémoire de sa condition, ce qui va le mener au second ‘‘Bardo’’. » (M. Coquet)

- Le Chönyid Bardo est l’état de la vie dans le Monde astral, dans lequel se trouve celui qui n’a pas, dans la phase précédente, obtenu la libération.
Les divinités effrayantes que voit le défunt en astral sont les divinités qu’il connaît. Il peut les identifier comme n’étant que ses propres créations, ainsi le défunt passe de l’émotion à la réflexion, il se rapproche ainsi de la terre pure de Dewatchen (tout le monde n’y entre pas sans la pureté et la réalisation nécessaires). Le défunt connaît le mantra de chaque déité courroucée, et d’un mot peut la faire disparaître. C’est une méthode bien plus sûre que de subir, sans les connaître, les ‘‘formes-pensées’’ de ses peurs, désirs et émotions.

Si le défunt n’a pas atteint l’état de ‘‘Dorje-Chang’’ (ce que seuls peuvent faire les grands maîtres), il passe par la phase de jugement.
« Cette étape se retrouve dans tous les systèmes religieux. C’est ici que se trouve le Roi de vérité et seigneur de la mort. En Egypte Osiris remplissait cet office. Ce grand roi consulte le miroir du karma en additionnant dans les plateaux de la balance, les pierres noires des mauvaises actions et les pierres blanches des bonnes. Il n’est pas Dieu, mais symbolise la grande Loi du karma se manifestant à travers les quatre Mahârâjas, Régents des quatre points cardinaux.

Si la Claire Lumière n’est pas atteinte, le défunt peut être effrayé par des sons et de tomber dans trois sortes de précipices selon le jugement karmique :

1. Tomber dans un précipice blanc et renaître comme ‘‘deva’’.
2. Tomber dans un précipice rouge et renaître comme ‘‘preta’’.
3. Tomber dans un précipice noir et renaître dans un état infernal.
3 germes qui déterminent 3 conditions dans le prochain corps.

La période de 49 jours est précédée de 7 jours (qui commencent environ 3 jours et demi après la mort) pendant lesquels le lama s’efforce d’instruire le défunt de la doctrine du Bouddha. Une autre période suivra, du 8e au 14e jours, avec d’autres opportunités d’être aidé et éclairé.
le nombre 49 fait partie du processus de la mort. Selon le Maître D. K., lors du processus de restitution (amenant à la mort corporelle) les 49 « feux » contenus dans l’organisme s’éteignent, ceux-ci se fondant dans les 21 « points lumineux mineurs », lesquels sont à leur tour absorbés par les 7 centres majeurs d’énergie. Ces 49, 21 et 7 centres sont des chakras.
En outre, le Plan astral (« tuli-kai ») est composé de 7 « sous-plans », chacun étant différencié en 7 « sous-états », ce qui fait 49 états de conscience que le défunt peut réaliser dans ce "Bardo".

Après avoir vécu une certaine période dans l’un des 49 degrés du Monde astral, l’entité se prépare à entrer dans :
- Le Sidpa Bardo = le Bardo du devenir ou état transitoire à la recherche d’une renaissance ».
Une aide au défunt ne peut survenir que pendant la période où celui-ci se trouve encore sur le Plan astral. Les sages du passé ont imposé un temps symbolique sur le plan physique, ceci afin de permettre aux amis du défunt d’apporter à celui-ci une aide éventuelle.
Etant un tantra ésotérique, le ‘‘Bardo Thödol’’ ne peut être compris et pratiqué que si l’on y a été dûment initié. Cela étant dit, de nombreux lamas récitent ce texte sacré sans en comprendre le sens profond, déclarant que l’important est surtout d’avoir la foi en lui, et la certitude qu’il sera une aide efficace pour le défunt, alors qu’eux-mêmes en ignorent la signification et les subtilités. La compassion étant la qualité primordiale de tout bouddhiste, la prière faite avec amour, qu’il y ait ou non compréhension intellectuelle, sera forcément aussi efficace que le ‘‘Prêtashrâdda’’ pour l’Hindou, le Requiem pour le chrétien, ou le ‘‘Fatiha’’ pour le musulman. » (M. Coquet)

extrait d'Alain Moreau

Michel Coquet, « Comprendre la mort pour connaître la vie », éditions Alphée, 2010, p. 227-237, 247.

_________________
« Toute vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle rencontre une vive opposition avant d’être acceptée comme une évidence. » Arthur Schopenhauer

Revenir en haut Aller en bas
http://amouressenceciel.forumactif.com
mamichaël
Admin
Admin
avatar

Féminin Date d'inscription : 26/08/2010
Age : 67
Localisation : 01 Ain pays de Gex

MessageSujet: Re: Le Bardo Thodol    Lun 26 Jan - 8:10

expériences new âge de la mort "Au service de la Nouvelle Terre" les chroniques arcturius.
http://www.arcturius.org/chroniques/voici-8-choses-qui-arrivent-lorsque-lon-meurt/

_________________
« Toute vérité franchit trois étapes. D'abord, elle est ridiculisée. Ensuite, elle rencontre une vive opposition avant d’être acceptée comme une évidence. » Arthur Schopenhauer

Revenir en haut Aller en bas
http://amouressenceciel.forumactif.com
 
Le Bardo Thodol
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Amour Essence Ciel  :: Religions, philosophie, écoles de vie :: Bouddhisme-
Sauter vers: